Ann H
  • print
  • make this is a favorite!

    0 other people called this a favorite

8 Choses que j'ai appris en Maroc

March 15, 2010 @ 1:10 PM | Permalink

(Je suis vraiment desolee que c'est en retard-- j'avais cent mille problemes techniques pendant les derniers semaines...)

 

1. On doit apporter son propre papier hygiénique

J'avais de la chance quand mon auberge avait les toilettes ou on peut s'assoir. Mais le papier hygiénique? Non. La meilleure décision que j'ai prise quand j'ai fait ma valise était d'apporter un sachet des mouchoirs...

2. De ne pas apporter un parapluie pendant la saison de pluit est d'être fou

Je jure que j'ai regarde la météo avant de quitter la France pour le Maroc, et elle m'a dit qu'il pouvait pleuvoir un jour mais pas plus. Ce n'était pas vrai. Il y avait du pluit presque chaque jour que j'étais la, et parce que j'ai porte mon sac a dos partout, tout mes affaires (vêtements, livres, etc.) étaient toujours mouilles-- sauf que mon appareil photo, qui était dans un sac plastique.

3. Mange mange mange

En générale (et je sais que c'est sacrilège, mais je m'en fou), la nourriture que j'ai mange en Maroc était mieux que ce que j'ai mange en France. Vraiment. C'était incroyable. Mais quand on sorte avec les marocains, ils insistent que tu manges de plus. Et de plus. Et de plus. Et ce n'était pas un vrai problème pour la plupart, mais il y avait quelques fois que j'avais l'envie de vomir a cause de leur hospitalité...

4. Les américains sont incroyablement parasseux par rapport aux langues etrangers

Okay, je le savais déjà. Mais vraiment! En la partie de Maroc que j'ai visite, la plupart du monde parle (au moins) 3 langues: fusha, darijan, et francais. Et beaucoup plus connait l'anglais! C'était incroyable en comparaison avec les EU, ou c'est souvent difficile de trouver quelqu'un qui parle 2 langues couramment! J'étais TRES heureuse que je connais le français, mais je suis triste que je ne connais plus des mots en arabe (maintenant, je connais peut-être 8 ou 9?)

5. Les marocains ne jugent pas ton niveau de français de la même manière des français eux-mêmes

Comme une étudiante de français, je sais que mon niveau de la langue est loin de parfaite. Quelques fois en France, je me semblais comme si tout le monde me jugeaient à cause de ma grammaire ou mon incompétence générale par rapport aux temps des verbes. Mais en Maroc, ce n’est absolument pas le cas. A cause du fait que c’est leur deuxième langue, le peuple marocain sont beaucoup plus ouvert aux fautes en français. Une ou deux fois quelqu’un m’a corrigé, mais c’était toujours sans menace.

6. Les français sont toujours quelques minutes en retard. Les marocains sont souvent 25 minutes en retard.

Quand je suis arrivée en France, j’ai trouvé que le style de vie aixoise permet facilement pour tout le monde d’être en retard. Et c’est n’est pas grave—même mes profs sont plus ouverts à l’idée.

Mais les marocains, ils prennent l’idée d’être en retard au niveau complètement différent. J’ai rencontré une amie qui a dit qu’elle est toujours 30 minutes en retard et elle ne porte jamais un montre. Quand j’ai demandé si peut-être il y avait un lien entre les deux phénomènes, elle a rit et n’était pas exactement concerné. Et j’ai même un ami qui voulait être en retard pour son cours parce qu’il y avait un examen ! Peut-être je suis trop rigide, mais c’était difficile pour moi de comprendre le manque d’emphase met sur l’idée d’être « a l’heure. »

Et je ne veux pas commencer sur le manque des horaires de bus…

7. Les auberges sont fantastiques pas a cause des conditions, mais a cause des personnes qui y restent

J’avais presque oublié comme j’aime les auberges avant que je suis allée au Maroc ! C’est beaucoup moins stérile qu’un hôtel, et on a le vrai contact avec les autres voyageurs. On peut rencontrer n’importe quel type de personne, mais souvent les personnes intéressantes ou un peu fou. Par exemple, pendant mon voyage je devenais l’amie d’une femme dans ses années quarante qui était artiste et sans abris et aussi avec une femme de mon âge qui avait des projets de voyager tout seule partout simplement guidé par sa religion (elle était lutheran). Sans elles, je sais que mon voyage manquerait de couleur.

8. Pour les marocains, d'être hospitalier est d'être normal

Peut-être c’est à cause du fait que je viens du nord-est des Etats-Unis, mais je n’étais pas du tout habituer au niveau d’hospitalité en Maroc. Mon amie Nawal m’a dit, « En Maroc, nous aimons quand nous pouvons rendre quelqu’un heureux, » et j’ai vécu ca chaque fois que j’ai rencontré quelqu’un de nouveau. Pour moi, ce n’était pas la nourriture, ou les sites touristiques, ou même le pays qui me manquent le plus—c’est les gens que j’ai rencontré. Quelques spécificités :

-- les mecs qui m’ont invité dans leur compartiment quand j’étais toute seule sur le train entre Rabat et Fez et qui étaient les mecs les plus gentils que j’ai jamais rencontré ; ils m’ont donné de la nourriture, ils ont chanté pour moi, ils n’ont pas rit quand j’ai chanté, et qui m’ont parlé de l’amour, d’Islam, de l’éducation, et des relations entre les américains et les marocains. Il y avait même un qui m’a donné son numéro en cas ou je devenais perdu, et qui m’a mis avec une autre femme quand ils ont quitté le train. J’ai presque pleuré quand ils m’ont quitté…

-- Hatim, qui j’ai rencontré dans la petite gallérie d’art et avec qui j’ai parlé pendant deux heures au sujet des jeunes marocains qui veulent quitter leur pays pour les Etats-Unis et qui étaient aussi franche avec moi qu’il m’a dit qu’il n’aimait pas mon truc de septum (que vraiment, j’appréciais beaucoup).

-- la famille d’accueil de Sarah, qui m’a invitée chez eux et qui a préparé un repas fantastique de tagine que je ne vais jamais oublier

-- les amis de Nawal, qui m’ont traité comme si j’étais leur amie au début (Adam, Zineb, Nora, vous savez qui vous êtes) et qui m’a aidé avec tous

--la famille de Nawal ! Ils m’ont rencontrée à l’aéroport, m’a invitée chez eux pour rencontrer tout le monde, m’ont amenée partout pour prendre les photos, m’a cherché a la gare quand j’étais en retard, et qui m’ont aidé avec le vol de Ryanair alors qu’il m’a attendu pendant 20 minutes ! C’était incroyable. Ils étaient toujours gentils avec moi, même quand j’avais des problèmes avec le français ou je m’inquiétais à cause du train.

--Nawal elle-même, le centre de mon voyage. J’étais complètement à l’aise avec elle depuis le début—elle a une personnalité qui brille, qui attire tout le monde, et qui est généreuse et ouverte. Elle a fait toutes les choses possibles pour être certaine que j’étais heureuse : elle m’a introduit à ses amis, a acheté beaucoup des cadeaux pour moi, m’a aidé avec beaucoup des petits détailles, et m’a amené partout pour voir son beau pays. Vraiment, je n’ai pas des mots pour expliquer ce qu’elle a fait pour moi, et j’espère avec tout mon cœur qu’elle peut me rendre visite (avec son épouse et tous leurs enfants, n’est-ce pas Nawal ? Haha !) si elle va aux Etats-Unis.

 

…La décision de visiter un pays en dehors de ma vie quotidienne (par rapport des traditions, la culture, etc.) était la décision correcte. C’était une opportunité fantastique pas seulement de vois mon amie Sarah, qui me manquais beaucoup, mais de vivre quelque chose pas attendue, quelque chose de nouvelle. Je suis une personne mieux après avoir visité, et je suis sur que sans francais, mon expérience n'aurait pas été si incroyable.

Ce pays me manque déjà.

 

 

Comments

Post a Comment

Search This Blog
RSS
Monthly Archives
View All
Topics
Recent Comments

Charles De Gaulle truly is the devil, no? I'm glad you made it safely, even if you did meet a significant number of misfortunes. We will skype soon!

William LaPlant on Bienvenue! 2010-01-17

Oh, darling! I'm so glad you're in Aix, mostly in one piece and speaking/writing beautiful Franglais. But please tell me: why did you need a pillow to plug the laundry ...

Katherine DiPierro on Bienvenue! 2010-01-17
-->
Advertisements

Or login with Facebook:

Forgot your password? We can help you change it! Click Here

Not registered? Click here to create an account.